La littérature russe se donne en spectacle

Publié le par La rédaction NRP

Pour accompagner le numéro NRP lycée de janvier 2018 consacré à la littérature russe, nous vous proposons deux spectacles, à Paris, inspirés d’œuvres de Pouchkine et Gogol : un ballet et une œuvre composite faite de théâtre, de musique et de danse.  Deux spectacles dont  la scénographie et  la mise en scène ont en commun de laisser une grande place à l’émotion.

 

Le Rappel des oiseaux, les 6 et 7 avril 2018 à la Maison de la Culture du Japon

© Stéphane Audran

Deux ans après sa création au Café de la Danse à Paris, Le Rappel des oiseaux,  revient pour deux dates à la Maison de la Culture du Japon.

Inspiré du Journal d’un fou de Gogol, c’est un spectacle unique que nous propose Orianne Moretti,  artiste multi casquettes, qui signe une adaptation et une mise en scène au carrefour entre théâtre, musique et danse, comme une conversation entre ces trois arts. Le décor épuré, la musique sans fioriture au piano laisse toute la place aux performances scéniques et aux émotions.  Pour la metteure en scène : « cette adaptation de l’œuvre phare de Gogol met en lumière l’expérience de la banalité de la vie et celle de la soif de vivre comme une urgence, comme un dépassement de sa condition. ».

Dans rôle d’Avkensty Ivanovitch Poprichtchine, le danseur étoile Mathieu Ganio livre une performance hors du commun – et saluée par la critique lors de la création – éloignée de ce qu’il propose à l’Opéra de Paris où seul son corps lui permet de s’exprimer.  Un rôle d’autant plus intéressant qu’il est habitué à jouer les princes charmants dans les ballets classiques ; une occasion donc de découvrir une autre facette de son talent. Le musicien japonais Kotaro Fukumai lui donnera la réplique au piano, sur des partitions de Bach, de Couperin et de Rameau.  Et les parties chorégraphiées sont signées Bruno Bouché, ancien danseur de l’Opéra de Paris et actuellement directeur du ballet du Rhin.

Pour en savoir plus

rappel_mcjp

Voir la bande-annonce et le reportage.

 A.G

 

Onéguine, ballet en 3 actes de John Cranko – Opéra de Paris du 9 février au 7 mars 2018

Oneguine (Saison 2013-2014)

© Julien Benhamou / Opéra national de Paris

Onéguine, c’est le ballet romantique par excellence. Tiré du roman en vers Eugène Onéguine d’Alexandre Pouchkine, il nous raconte les amours contrariées de Tatiana Larine, Eugène Onéguine, Vladimir Lensky et Olga Larine. Un spectacle où dialoguent les gestes et la partition : Kurt-Heinz Stolze l’a mis en musique sur des extraits d’œuvres de Tchaïkovski, morceaux choisis collant parfaitement à l’intrigue pour mieux la sublimer et intensifier les ressorts dramatiques.

C’est l’ancien directeur artistique du ballet de Stuggart, John Cranko qui signe la mise en scène et la chorégraphie. Une œuvre d’une grande théâtralité, avec des personnages forts et complexes dont ont suivra l’évolution tout au long des trois actes. Tatiana, qui passe de jeune fille romantique, douce et rêveuse à femme affirmée, Eugène Onéguine, indifférent à tout qui réalisera trop tard l’amour qu’il porte à Tatiana. Et comme un miroir inversé, leur répondront Olga, l’espiègle petite sœur de Tatiana, et son fiancé Vladimir Lensky, poète amoureux.

Quant aux distributions, vous aurez le plaisir de voir sur scène dans les rôles principaux les danseurs confirmés et les espoirs de l’Opéra de Paris. Et nous pouvons faire confiance au corps de ballet pour magnifier les ensembles, notamment la scène de bal.

Pour en savoir plus rendez-vous sur le site de l’Opéra de Paris

Articles sur le même thème

Nuages de tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>