Vidéo conférences

La NRP propose de nombreuses vidéos : des mini conférences, des entretiens, des interviews, découvrez-les ci-dessous (cliquez sur le titre pour accéder directement aux vidéos) :

Programme Bac L

Entretiens

Programme Bac L

La Princesse de Montpensier et son adaptation filmique par Tavernier

bacl_montpensier3.Image fixe001

C’est par une journée ensoleillée qu’Ophélie Wiel, professeur et critique de cinéma sur le site Critikat.com, est venue nous conter l’aventure de l’adaptation de La Princesse de Montpensier par Bertrand Tavernier. Ces 5 vidéos vous en apprendront plus sur la lecture du cinéaste de l’œuvre de Madame de Lafayette et ses choix scénaristiques et artistiques.

logo_critikat

 

L’adaptation d’un récit au cinéma : difficultés et enjeux

Ré-historiciser la nouvelle

Une lecture féministe de la nouvelle ?

Le comte de Chabannes au cœur du film

Entre film d’aventures, film de cape et d’épée et western

Retrouvez également le texte des vidéos en cliquant ici.

film

Et retrouvez dans le numéro de novembre une séquence consacrée à l’étude de l’œuvre.


Marqué avec , , ,

Présence de Gide : Les Faux-Monnayeurs et Journal des Faux-Monnayeurs

Stéphanie Bertrand, maitre de conférences en langue et littérature à l'université de Lorraine

 

Le programme du baccalauréat littéraire regroupe, sous les objets d’étude « La genèse : lire-écrire » et « La publication : lire-publier », le roman des Faux-Monnayeurs et le Journal des Faux-Monnayeurs, publiés respectivement en 1925 et en 1927. Il associe ainsi, d’un côté, le seul « roman » écrit par Gide, de l’autre, une œuvre hybride, qui se présente comme le journal de création du roman, mais aussi comme un écrit théorique sur le genre romanesque.

 

Dans ces cinq vidéo-conférences, Stéphanie Bertrand, maître de conférences à l’université de Lorraine, spécialiste de la littérature des XXe et XXIe siècles, nous en dit plus sur ces œuvres.

La genèse des Faux-Monnayeurs et Journal des Faux-Monnayeurs

La réception des Faux-Monnayeurs

La mise en abyme dans Les Faux-Monnayeurs

L’art de la composition

Le roman et son lecteur


Marqué avec , , ,

Madame Bovary, Gustave Flaubert

Au programme Bac L  2014-2015, un classique du XIX:  Madame Bovary de Gustave Flaubert.  Mais c’est plus spécifiquement la genèse et la réception de l’œuvre qui seront étudiées dans le cadre du domaine d’étude « Lire-écrire-publier ».  
Et pour vous en parler,  un grand spécialiste de Flaubert : Yvan Leclerc.  Professeur de lettres modernes à l’université de Rouen, il est à l’origine, avec Danielle Girard, du grand projet de transcription des manuscrits de Flaubert. 

Nous vous laissons donc découvrir en bonne compagnie les coulisses de Madame Bovary…

La genèse de l’œuvre de Flaubert

Réception de l’œuvre

Le procès de Madame Bovary par les contemporains de Flaubert

Le versant politique de Madame Bovary

Le bovarysme

Découvrez le site bovary.fr

À venir.

Toujours en ligne, la conférence de Daniel Bergez à propos du recueil de poèmes Les Mains libres, de Paul Éluard et Man Ray.


Marqué avec , , , , ,

Les Mains libres, Paul Eluard – Man Ray

Au programme du Bac L 2013-2014, l’œuvre conjointe de Paul Éluard et Man Ray, Les Mains libresDaniel Bergez, professeur de Littérature française en khâgne au lycée Henri IV à Paris et spécialiste des relations entre arts plastiques et littérature, vous propose de découvrir ce recueil méconnu…
Voir aussi les références bibliographiques des vidéos.

Parler d’Eluard aujourd’hui


La voix poétique d’Eluard

L’écriture de l’évidence

Les dialogues du lisible et du visible

Titre et dessins

Du dessin au texte


Marqué avec , , , , , ,

Lorenzaccio, Alfred de Musset

Deuxième œuvre du programme de littérature du Bac L 2013-2014 : Lorenzaccio, d’Alfred de Musset.
Sylvain Ledda, professeur de littérature française du XIXe, professeur de littérature et arts à l’université de Rouen et spécialiste du théâtre romantique, nous présente l’œuvre et ses adaptations, dans ces vidéos exclusives NRP.

Les contextes d’écriture de Lorenzaccio


La structure de la pièce

Des personnages ambigus

Lorenzaccio ou le désenchantement d’une société

Les mises en scène et adaptations de Lorenzaccio – La mise en scène de Jean Vilar


Marqué avec , , , , , ,

Gargantua, Rabelais

Gargantua de Rabelais est au programme du Bac L. Une œuvre riche, complexe qui n’est pas toujours facile à analyser dans son ensemble. Mireille Huchon, professeur de littérature à Paris IV- Sorbonne, seiziémiste et spécialiste de Rabelais, nous propose quelques pistes de réflexions. Son propos s’axera entre autre sur la diversité des sens et les références dans Gargantua.

Regardez la conférence de Mireille Huchon

Comment aborder l’œuvre ? Les sens et les références dans Gargantua

Une lecture allégorique de Gargantua

Les différents niveaux de lecture de l’épisode : « Comment le moine de Seuillé sauva le clos de l’abbaye du sac des ennemis »

Retour sur le prologue de Gargantua, parallèle avec La Nef des fous de Sébastien Brant et introduction à la notion de « satire »

Et toujours en ligne la conférence de Dominique Rabaté sur À la lumière d’hiver de Philippe Jaccottet


Marqué avec , , , , , ,

À la lumière d’hiver, Philippe Jaccottet

Cette année, le programme du Bac L propose l’étude du recueil de poèmes de Philippe Jaccottet, À la lumière d’hiver, un choix qui peut paraître déroutant de prime à bord mais qui est une belle entrée dans la poésie française contemporaine.

Dominique Rabaté, professeur de lettres à l’université Paris-Diderot, nous propose des pistes pour aborder l’œuvre.

L’université Paris-Diderot organisera le 21 janvier 2012, sous la direction de Dominique Rabaté, une journée consacrée à l’œuvre de Jaccottet. Elle aura lieu à l’université Paris 7, sur le site des Grands Moulins et nous pourrons compter sur les interventions de Pierre Vilar, Stéphanie Smadja, Laurent Zimmermann et Dominique Rabaté, enseignants de Paris 7. Plus d’informations sur le programme prochainement.

Regardez la conférence de Dominique Rabaté

Situation poétique de Jaccottet

Un lyrisme critique

Une parole simple

La question du vers

Poétique de l’effacement,poétique du passage

« L’illimité accouple ou déchire »

En prolongement, écoutez une sélection de poèmes, issus de la partie « Leçons » du recueil, lus par Florient Azoulay

 

♦ Écouter le poème « Je ne voudrais plus qu’éloigner… »

♦ Écouter le poème « Une stupeur… »

♦ Écouter le poème « Un simple souffle… »


Marqué avec , , , , ,

Les Mémoires de guerre, Charles de Gaulle

La présence des Mémoires de guerre de Charles de Gaulle dans les œuvres au programme du Bac L a suscité un vif débat au printemps dernier, qui a même dépassé le seul milieu de l’enseignement. Est-ce une œuvre littéraire ? Y aurait-il dans ce geste un sens politique ? La NRP, soucieuse de donner des éléments d’information et une aide pédagogique, a organisé une  rencontre entre Isabelle Guillaume, maître de conférences à l’université de Pau, et des enseignantes de lycée. Vous pouvez voir ici leurs échanges.

Et puisque nous sommes dans la rubrique « Débats », vos commentaires sont les bienvenus.

 
La conférence d’Isabelle Guillaume :
La place du Salut dans Les Mémoires de Guerre
  
Une construction de l’Histoire
  
Les enjeux politiques
  
Le salut et la littérature
 

Marqué avec , , , , , ,

Tous les matins du monde, Pascal Quignard

Au programme du Bac L, Tous les matins du monde de Pascal Quignard, ainsi que son adaptation au cinéma par Alain Corneau, sont des œuvres d’un abord plutôt agréable pour les lycéens. Mais à l’enseignant qui devra en faire un objet d’étude, des questions se posent certainement.
Dominique Rabaté, spécialiste de Quignard, nous propose des pistes de lecture. Olivier Maillart, spécialiste d’analyse filmique, revient sur l’adaptation cinématographique de l’œuvre.

Découvrez l’ouvrage de Dominique Rabaté, sur Pascal Quignard, dans la collection « Écrivains au présent »

Regardez la conférence de Dominique Rabaté :

La musique dans l’oeuvre de Pascal Quignard

 

La relation maître/disciple

Le livre, le film

L’aube et le crépuscule, la poétique de la perte

L’intervention d’Olivier Maillart :

Le film d’Alain Corneau

 


Marqué avec , , , , , ,

Entretiens

Entretien avec le cinéaste et président de la Cinémathèque : Costa-Gavras

Rencontre avec Costa-Gavras avec qui nous avons parlé de cinéma, de ses films et des projets de la Cinémathèque.

La revue de septembre propose une analyse du film de Costa-Gavras Music Box (1989). À cette occasion la NRP, a rencontré le cinéaste. Il nous a raconté le contexte du tournage et sa propre analyse de la séquence finale.  Les abonnés numériques peuvent accéder à cette partie de  l’entretien dans l’espace dédié.  Puis la discussion s’est prolongée un peu.  Ensemble nous avons évoqué son prochain film Le Capital, dans les salles le 14 novembre 2012. Costa-Gavrasest revenu sur le travail du cinéaste, sur l’image.  Et nous avons parlé de la problématique de l’aveu. Encore une question d’image, celle que nous renvoyons de nous.  Une conversation passionnante dont voici quelques extraits.

 

À la Cinémathèque…

Costa-Gavras est aussi le président de la Cinémathèque française.  Entre expositions et ateliers pédagogiques, nous lui avons demandé quels étaient les projets et les activités prévus ces prochains mois.

Après l’exposition Tim Burton –  et son succès surprise auprès des plus  jeunes –  Les Enfants du Paradis sera à l’honneur à partir du 24 octobre prochain.  Voilà qui nous permettra de redécouvrir ce chef-d’œuvre de Marcel Carné et de Jacques Prévert.  Des sources d’inspiration à la sortie du film en 1945, l’exposition mettra l’accent sur les conditions particulières du tournage qui a eu lieu sous l’occupation.

Toute l’année la Cinémathèque offre également aux enfants la possibilité de découvrir le cinéma dans des ateliers pédagogiques adaptés à tous les âges.  Analyser des extraits de films, comprendre leur construction, le fonctionnement, s’essayer aux effets spéciaux, à l’animation, etc.

Sans oublier toutes les actions proposées en milieu scolaire à découvrir  sur le site de la Cinémathèque.


Marqué avec , ,

Rencontre avec Robert Davreu

ROBERT DAVREU

Au programme du hors-série de janvier, une étude sur la pièce de théâtre de Wajdi Mouawad, Incendies. Pour aller plus loin la NRP a rencontré pour vous Robert Davreu poète, traducteur et ami de Mouawad. Il revient entre autres sur les influences antiques et mythologiques qui ont entourées la création de l’œuvre de Mouawad.

A lire : Sophocle, Electre, Antigone, Les Trachiniennes, traduction de Robert Davreu, Actes Sud-Papiers, 2011, et Robert Davreu et Wajdi Mouawad, Traduire Sophocle, Actes Sud-Papiers, 2011.

Rencontre avec Robert Davreu

L’influence de la tragédie grecque sur le théâtre de Mouawad

Les Grecs et « l’enchantement du monde »

Traduire Sophocle

Mythologie et société contemporaine


Marqué avec , , ,

Rencontre avec Benoît Peeters

BENOIT PEETERSPour accompagner notre numéro consacré au roman et à la photographie, nous avons interviewé Benoît Peeters, romancier, essayiste et scénariste, qui nous éclaire sur les liens entre ces deux modes de création. Cet ancien élève de Barthes évoque également son travail d’écrivain, ses collaborations. On retiendra de sa multiple et abondante bibliographie : Lire la bande dessinée, Flammarion, coll. « Champs Arts » ; Lire Tintin. Les bijoux ravis, Les Impressions Nouvelles ; Ecrire l’image. Un itinéraire, Les Impressions Nouvelles ; Derrida, Flammarion, coll. « Grandes biographies ». Et bien sûr Les Cités obscures, série BD avec François Schuiten, Casterman.

Rencontre avec Benoît Peeters

Robbe-Grillet, le nouveau roman et la photographie

Roland Barthes et l’étude de la photographie dans la littérature

Le personnage de roman et le personnage de photographie

Benoît Peeters, ses différentes collaborations

La création littéraire multimédia et l’adaptation de Tintin au cinéma

Pour une meilleure visibilité, afficher les vidéos en plein écran ou double cliquer pour les visionner sur la chaîne dailymotion de la NRP


Marqué avec , , , , ,

Découvrez les métiers des sciences de l’homme

Les métiers des sciences de l'homme

Souvent méconnues ou considérées comme « chômatogènes », les filières d’études en sciences de l’homme sont pourtant riches et ouvrent sur des métiers essentiels pour comprendre le monde qui nous entoure et l’envisager avec un œil neuf. En lien avec la fiche « Enseignement d’exploration – Les tropiques imaginaires (« Regard sur l’autre et l’ailleurs ») », découvrez le parcours de deux anthropologues et ethno-linguistes, Jean-Didier Urbain et Dominique Desmarchelier, ainsi que leurs conseils aux élèves.

Jean-Didier Urbain

Jean-Didier Urbain, anthropologue en sciences du langage nous invite à comprendre « les langages de l’autre ». Retour sur son parcours.

Dominique Desmarchelier

L’étude des sciences du langage, peut être un atout dans une formation généraliste, pour beaucoup de métiers liés à la communication.C’est ce qu’explique Dominique Desmarchelier maître de conférences en sciences du langage.

Son parcours

Ses conseils aux élèves

Présentation du master Expertise en sémiologie et communication


Marqué avec , , ,

Découvrez les métiers de l’édition

Découvrez les métiers de l'édition

En prolongement de la fiche « Enseignement d’exploration »  « Éditer un texte littéraire avec les élèves », découvrez des interviews exclusives de professionnels de l’édition. Éditeur, correcteur, iconographe et éditeur multimédia, nous les avons rencontrés pour vous. L’occasion idéale de découvrir l’avenir des métiers et les métiers d’avenir de l’édition !

 

 

Éva Grynzpan, éditrice jeunesse

 

 

Marie-Paule Rochelois, lectrice-correctrice et correctrice

 

 

Clémence Grillon, iconographe

 

 

Caroline Perron, éditrice multimédia

 

 


Marqué avec , , ,

Les écrivains, les élèves et nous

Hôtel Massa - Photo Christophe Vital-Durand

Le 2 avril dernier a eu lieu à l’Hôtel de Massa, siège de la Société des gens de lettres,  une grande journée d’étude organisée autour de la rencontre entre écrivains, élèves et professeurs. Tout au long de la journée nous avons pu écouter les interventions d’auteurs, de professeurs et de spécialistes du livre et de l’édition qui nous ont livré leur point de vue sur  diverses questions telles que la place du primo romancier et de l’écrivain en général dans la société d’aujourd’hui, ou comment faire aimer la lecture et la littérature.

Pour tous ceux qui n’ont pu être présents, nous vous proposons ici une synthèse des interventions ainsi que les meilleurs moments de cette journée

Éditer un premier ouvrage : le primo romancier enseignant. 

Bertrand Legendre, professeur à l’université de Paris XIII, mène actuellement avec son équipe une grande étude sur l’évolution du statut du primo romancier. L’heure n’est plus au romancier qui acquiert sa notoriété à force de travail années après années.  Aujourd’hui le primo romancier est davantage et plus rapidement mis en avant  à travers les médias, les festivals (par exemple le Festival du premier roman de Chambéry), etc. Ainsi à l’instar de Marc Levy, Philippe Claudel, Nicolas Fargues, certains romanciers connaissent un succès fulgurant dès leur premiers opus.

70% de la population des primo romanciers sont soit  issus des métiers de la culture (métiers du livre, journaliste, communication etc.) soit étudiants. Et parmi eux 17% sont des  enseignants.  Voilà les premiers chiffres qui ressortent de cette enquête.

Bertrand Legendre a par la suite mis en avant quelques caractéristiques intéressantes concernant les primo romanciers enseignants. Il s’avère que bon nombre d’entre eux sont à l’aise avec le circuit éditorial, environ 45 % des enseignants ont déjà publiés  des articles (contre 28 % du reste de la population) et 17 % un essai (contre 9 %). Les maisons d’éditions les plus sollicitées sont les maisons « classiques » Grasset, Le Seuil, Gallimard, des maisons avec une identité symbolique et littéraire forte. De même d’autres maisons certes moins connues mais dont l’image est également forte sont abondamment sollicitées, on retiendra Verdier, Nadeau, Stock, Actes Sud, etc.

Généralement le primo romancier entretient de bonnes relations avec son éditeur, peu importe qu’il soit enseignant ou non. En ce qui concerne la promotion du livre il y a également peu de différences (pas plus d’articles, de chroniques radios, etc.). Les enseignants se démarquent toutefois dans l’autopromotion, en faisant davantage de démarches pour mobiliser leur réseaux, organiser des rencontres. Mais en ce qui concerne les aspects commerciaux du circuit, ils avouent volontiers leur ignorance et leur désintéressement.

Et pour la suite ? Si peu de primo romanciers éditent un second roman, les enseignants sont plus chanceux puisque 75 % d’entre eux écrivent et publient au moins un deuxième roman (67 % du reste de la population).

On notera enfin que la plupart des primo romanciers enseignants, s’expriment dans des registres plus classiques tels que les articles, les préfaces, les essais, les nouvelles, la poésie.

La principale difficulté de l’écrivain aujourd’hui reste la quasi impossibilité de vivre de sa plume, les intervenants ont d’ailleurs insisté sur ce point,  Dominique Le Brun, secrétaire général de  la SGDL l’a  fait  remarquer lors de son intervention.

Passons maintenant du côté des éditeurs et de la promotion, qu’est-ce qui va faire d’un roman un succès ou un flop, qu’est-ce qui le rend bankable ?

Écoutez à ce propos les interventions de Dominique Le Brun et de Mariette Darrigrand, sémiologue.

Intervention de Dominique Le Brun

 

Intervention de Mariette Darrigrand

 

Le processus est mis en route, le livre est écrit et édité, il ne reste plus qu’à son auteur à le faire connaître et à se faire connaître…mais par quels moyens ?


Marqué avec ,

Interview de Fabrice Bourland

Fabrice Bourland est un jeune auteur qui s’est fait un nom à travers quelques romans remarqués dans la collection « Grands détectives » chez 10/18 (Le Fantôme de Baker Street, Les Portes du sommeil, La Dernière Enquête du chevalier Dupin et Le Diable du Crystal Palace). Son écriture tout à fait originale, parce qu’elle joue des références littéraires tout en proposant de véritables enquêtes, nous a donné envie de le rencontrer. Une belle rencontre pour faire écho à notre numéro de septembre sur « Revisiter le polar ». 

À consulter également : notre supplément 10/18 dans la rubrique Partenariats.

Une « littérature au second degré »

La fabrique des romans

Conclusion


Marqué avec , , , , ,