Actualités

Les troubles de l’apprentissage

ns_0916_dys

En lien avec des spécialistes de l’INSHEA, la NRP vous propose une série d’articles sur les troubles des apprentissages  et sur le handicap, avec en septembre dans la revue lycée un article sur le braille et un autre sur les élèves DYSNous vous proposons ici de découvrir l’article consacré aux élèves dys.

Aider les élèves DYS à apprendre

Par Corinne Gallet, chercheur et spécialiste des TSLA (Troubles Spécifiques du Langage et des Apprentissages) à l’INSHEA

On sait qu’environ 20% des enfants ont des difficultés dans l’apprentissage de la lecture. La formation des enseignants et la mise en place de méthodes d’apprentissage adaptées pour les élèves qui souffrent de TSLA est donc un enjeu considérable pour notre système éducatif.

Identifier des TSLA

Lorsqu’un élève ne sait pas lire, a une orthographe qui n’est pas phonétique,écrit un même mot de manières différentes par exemple,on peut déceler une manifestation de dyslexie. Des tests de repérage sont pro­posés sur le site de Cogniscience. En réalité, la vraie suspicion survient lorsque les ensei­gnants ont tenté sans résultat plusieurs solutions pour remédier aux difficultés d’un élève. Pour ces élèves souvent dévalorisés -car ne pas savoir lire renvoie à une intelli­gence déficiente-, on observe des déficits en boule de neige. En France, il n’existe pas d’outil étalonné en lecture, en compréhen­sion et en orthographe fait par I’Éducation nationale pour les enseignants. Un outil effi­cace permettrait aux enseignants de propo­ser des remédiations plus personnalisées.

Des outils pour les élèves DYS

Les outils requis dépendent du degré de handicap. Souvent, un ordinateur avec lecture vocale serait utile. Le site de I’INSHEA propose quelques outils pour continuer à apprendre à lire après le CP et le CEl, mais il y a en réalité très peu de ressources. Ces méthodes ne sont pas nécessairement valo­risées, et on a vu des enseignants se faire taper sur les doigts lorsqu’ils pratiquaient cet enseignement tardif de la lecture. Pour­ tant, à raison de deux heures par semaine en 6e ou en se, on obtient des résultats. Pour poursuivre l’apprentissage de la lecture dans le secondaire, l’erreur serait de proposer des catalogues de techniques. L’efficacité de ces outils est conditionnée par une connaissance théorique de l’apprentis­sage de la lecture, de ses difficultés et des DYS ainsi que par la mise en œuvre d’une démarche pédagogique. Les enseignants doivent être formés et accompagnés.

Des méthodes DYS pour réduire l’échec scolaire

Des protocoles d’expérimentation ont montré que les méthodes adaptées aux DYS pouvaient être une arme efficace contre l’échec scolaire. Nous avons mené des travaux de recherche avec Virginie Leclercq-Faure sur l’apprentissage de la lecture, en Seine-et-Marne, dans la circonscription de Meaux et Jouarre. Dans les classes du pre­mier degré, nous guidions les enseignants, tous volontaires et formés: ils organisent des tests, font travailler les élèves en petits groupes, travaillent sur le code à tous les niveaux. On constate que le groupe des élèves suivis a de bien meilleurs résultats en décodage que le groupe témoin. Nous com­mençons donc cette rentrée une nouvelle expérimentation à Strasbourg notamment pour évaluer le lien entre l’apprentissage de la lecture et la maîtrise du vocabulaire. En fin de 3e, il arrive que plus de 30 % des élèves ne maîtrisent pas le code graphe­ phonologique. L’apprentissage de la lecture nécessite davantage d’heures d’enseigne­ment et implique de choisir les priorités des programmes :c’est un vrai projet de société. Mais on se heurte toujours à la question des coûts. À I’INSHEA d’ailleurs, nous avons des chercheurs en psychologie, en sociologie, en législation, mais pas d’économiste. Or il serait intéressant de mesurer le coût social et financier de la difficulté en lecture. Pour nous, l’objectif est double: aider les élèves en difficulté de lecture à réussir et réduire l’hétérogénéité dans les classes. Les formations s’inscrivent également dans le projet de lutte contre l’illettrisme, et dans la perspective d’améliorer les compétences de décodage de tous les élèves.

Articles sur le même theme

Nuages de tags

Publié le par La rédaction NRP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>